• 4555 visits
  • 3 articles
  • 1627 hearts
  • 412 comments

26/09/2015

 
Somewhere Out In Space est la deuxième fiction que je décide de partager avec vous. La première a été une belle aventure pour moi et je vous remercie encore pour le soutien que vous m'avez apporté. SOIS sera une histoire entre Louis et Harry aussi. Un peu différente. The Hospice a été essentiellement centré sur le monde de l'océan et si vous l'avez lu, je pense que vous avez remarqué que c'est un sujet qui me tient à coeur. Je ne veux pas que cette histoire ressemble à The Hospice, alors l'océan ne prendra pas une place aussi importante dans cette histoire.
J'espère que ça vous plaira. Un peu.  
 
Pour lire The Hospice, c'est ici http://thehospice.skyrock.mobi/. Vous pouvez aussi me retrouver sur Candles et sur Papillon.
 
Vous pouvez m'embêter sur twitter @Corpsebrade et vous pouvez discuter avec le hashtag #SOISfic.
 
 
 
Merci pour tout. Bonne lecture.


FICTION TERMINEE

Playlist 05/11/2015

Prologue 26/09/2015

Can anybody hear me ?

*
*
*
*
*


« Harry... Je ne sais pas si ce message parviendra jusqu'à toi. Ce sera le dernier Harry. Je... Je ne sais pas si le labo t'a prévenu. On est perdu dans l'Espace. On a heurté une météorite, ou peut-être qu'elle nous a heurté... Le choc a provoqué une fuite du réservoir et on est en train de perdre tout notre carburant. On ne s'est même pas où l'on se trouve. Tout se ressemble ici. Il n'y a aucune issue, Harry, je... Ce sont mes adieux. Je n'ai jamais imaginé te dire adieu de cette façon. Je n'ai même jamais imaginé te dire adieu un jour. Surtout pas aussi rapidement et à des milliards de kilomètres de toi. Pendant quelques secondes j'ai même pensé à ne pas t'enregistrer ce message. Parce que j'étais déçu de toi et très blessé. Mais... J'ai entendu Liam dire adieu à sa femme et à sa fille via un enregistrement qu'elles n'auront peut-être jamais. Et je me suis rendu compte que, peu importe que tu es couché avec quelqu'un d'autre. Peu importe si tu es amoureux d'elle ou non. J'ai besoin de te faire mes adieux pour m'en aller. Peu importe si tu ne l'entends jamais et peu importe si tu t'en fous. J'ai... Besoin de le faire. J'ai besoin de te dire que tu as été la plus belle des étoiles que j'ai eu l'occasion de rencontrer. J'ai besoin de te dire que dans mon Univers à moi, tu es la Planète la plus importante. Celle que j'aime le plus. Celle qui prend le plus de place. Je pourrais même te dire que mon Univers à moi, c'est toi. Que ma Voie lactée quand tu n'es pas là devient un trou noir supermassif. Une météorite vient de nous percuter mais je pense que la météorite qui m'a percuté le plus fort, c'est toi. Tu as causé pas mal de dégâts... Mais ça en valait la peine et je recommencerai dix fois s'il le fallait. Parce que tu en vaux le coup Harry. Je changerai beaucoup de choses si on avait une chance de tout recommençait à zéro. J'arrêterai de porter plus d'attention à mon travail qu'à toi et j'arrêterai même de travailler si ça pouvait sauver notre Nous. Parce que c'est quand ton Toi a rencontré mon Moi que je me suis rendu compte que j'aimais ce monde. Et je remercie Dieu de t'avoir mis sur mon chemin et je te remercie toi et tes marrons ce jour-là dans le Planétarium. Les petites merveilles que je vois dans l'Espace ne sont rien à côté de toi. Et... Je... Je n'aurais pas dû accepter cette mission et toi, tu n'aurais pas dû coucher avec elle... Moi je t'aime et tu le sais, je te le dis. Mais... Ici, loin de toi et à quelques heures de la fin, je me rends compte qu'on s'en fout de cette histoire. Qu'elle ne vaut pas la peine que j'en parle maintenant. Ni jamais. Je veux que tu saches, Harry, que je te pardonne. Que ce n'est pas grave, que moi je t'aime et que je sais que toi tu m'aimes. C'est ça qui importe, non ? Que l'on s'est aimé très fort, que tu es le seul être que j'ai vraiment aimé dans ma vie, et que je continuerai à t'aimer même ici dans l'Espace. Même quand je ne serai que poussière dans ce gigantesque monde. Je ne veux pas que tu m'en veuilles ou pire, que tu t'en veuilles. Tu n'y es pour rien dans tout ça. Tu y es pour tout dans mon bonheur. Souviens-toi juste de ça. Tout le monde meurt un jour, tout le monde meurt bêtement et moi je m'en fiche de mourir. J'aurais simplement aimé embrasser tes lèvres une dernière fois et... Te... Te crier que je t'aime et qu'il n'y a que toi. Que... peu importe la situation c'est toi que j'aime et c'est toi qui me rend heureux. J'espère de tout c½ur que tu auras ce message, je ne veux pas que tu penses que je suis parti fâché, que je suis mort en te détestant. L'idée seule de te détester me tord le ventre... Parce que tout ce que j'ai ressenti pour toi c'était de l'amour. Et ça l'est encore. Un amour tellement énorme et incontrôlable. Quelque chose de grand qui donne l'impression d'être au dessus des étoiles... Littéralement... Tu me manques déjà et j'espère que je te manque aussi. Que tu penseras à moi devant l'Oiseau de Paradis. Une fois là-haut, je créerai même une constellation à ton effigie. Elle aura tes lèvres... tes yeux... Et je me logerai dedans. Je sais que ce ne sera pas facile au début mais écoute-moi bien Harry : je te surveillerai de là-haut et si je vois que tu déprimes jusqu'à la fin de ta vie, je t'envois une météorite OK ? Tu as intérêt à assurer, à te trouver quelqu'un, à faire des minis Harry. Faut que tu me promettes que tu feras de ton mieux pour être vraiment heureux. Pour surpasser les étoiles encore un peu. Je t'envois des milliards de baisers. Je t'aime de tout mon c½ur...Vraiment... Harry, je t'aime avec mes deux c½urs. » 
 


La voix de Louis se brise un peu plus dans ces derniers mots. Il coupe l'enregistrement et l'envoie au laboratoire avec comme titre « A mon étoile Harry Styles ». Il essuie rageusement ses joues et s'installe près de son coéquipier. Ce dernier le regarde et lit « je viens de dire adieux à l'amour de ma vie, ne me demande pas si je vais bien » dans ses yeux. Et il ne le demande pas parce qu'il vient tout juste de faire la même chose et plus difficile encore : il a dit adieu à sa fille. Alors il passe un bras autour de son épaule pour lui faire savoir que les choses iront mieux.
Mais pour que les choses aillent mieux, il faudrait d'abord qu'elles aillent bien, non ?